Le rosé, un vin sous-estimé ?

 

Test

Chaque seconde, 101 bouteilles de rosé sont consommées dans le monde

Source : FranceAgriMer

 

« Le rosé c’est un vin de fille ! », « Le rosé c’est un vin d’apéro l’été ! »
Le vin rosé est un vin qui est sujet à de nombreuses idées reçues. Avec cette infographie, nous allons vous prouver qu’elles sont fausses.

 

« Le rosé, on n’en boit qu’en France »

En 2018, près de 2,4 milliards de litres de rosés ont été consommés dans le monde.

 Les pays européens sont les plus gros consommateurs de rosés, mais ils sont suivis de près par les pays du continent américain. La France reste le premier pays consommateur de rosés par habitant avec 15,7 litres/habitant/an.

 

 

 

 

 

 

 

Carte des pays consommateurs de vins rosés en 2016 en volume (en 10k litres )
et proportion (%) parmi les vins tranquilles consommés

Source : FranceAgriMer

« Le rosé, il n’y a que du français »

Production de vins rosés par pays
En millions d’hectolitres (2016)

Source : FranceAgriMer

 

 

La France représente 1/3 de la production mondiale de rosé.

L’Espagne et les USA sont également     des grands producteurs au niveau mondial.

 

 

 

 

 

 

« Le rosé ? Ce n’est produit qu’en Provence ! »

Cette carte a pour objectif de représenter deux indicateurs :

  • La production de rosés en 2016 en hectolitre identifiée par la taille des points .
  • Le taux d’évolution de la production de rosé identifié par la couleur des points.

Suite à cette carte, nous sommes en mesure de réfuter l’idée que le rosé n’est produit qu’en Provence (départements des Bouches du Rhône, du Var, des Alpes Hautes Provence, de la Vaucluse et des Alpes Maritimes). Il existe ainsi de nombreux autres départements produisant du rosé en France. De nombreux départements possèdent de plus un taux d’évolution très important synonyme de développement de la production comme c’est le cas en Haute Corse, en Gironde ou dans le Gers.

 

 

 

 

 

 

Taux d’évolution de la production de rosés entre 2012 et 2017 

Source : DataDouane

« Le rosé, c’est moins prestigieux que les autres vins »

Les labels dans le rosé

Source : FranceAgriMer

Légende :

AOP : Appellation d’Origine Contrôlée

IGP : Indication Géographique Protégée

VSIG : Vin Sans Indication Géographique

 

 

 

 

 

 

 

La plupart des vins rosés sont des vins labellisés.

Parmi les vins rosés produits en France, 59 % sont des AOC (Appellation d’Orignie Contrôlée), 32 % sont des IGP (Indication Géographiquement Protégée) et seulement 9 % ne possèdent pas de label.

L’appellation AOC est obtenue par le respect d’un cahier des charges strict. Elle témoigne d’un savoir-faire reconnu et garantie que toutes les étapes de production sont réalisées dans la même zone géographique. La notion de terroir est donc centrale. Il est important de noter que des contrôles sont effectués chaque année par un organisme agréé afin de vérifier le respect du cahier des charges.

L’IGP est un signe de qualité qui est liée à un savoir-faire. Il démontre d’une bonne réputation auprès des consommateurs. Les vins IGP sont récoltées et produits au sein d’une même aire géographique. L’IGP doit également respecter un cahier des charges et est soumise à des contrôles annuels. 

« Le rosé, c’est que pour les filles »

Consommation de vin chez la femme

Source : Vitisphère

 

Le sexe du consommateur joue un rôle dans le choix du vin.

On assiste à une consommation de vin très dominée par le vin rouge chez les hommes avec 70 % de vin rouge, puis le vin rosé et le vin blanc arrivent à quasi-égalité avec respectivement 16 % et 14 %.

Chez les femmes la consommation est beaucoup moins tranchée avec 48 % de vin rouge, suivis à quasi-égalité de 27 % de vin blanc et 25 % de vin rosé.

Pour les hommes et les femmes le vin rouge arrive en première place.

Contrairement aux idées reçues les femmes se tournent vers le rosé qu’en troisième position !

Consommation de vin chez l’homme

Source : Vitisphère

 « Le rosé, on le boit qu’en été »

Le rosé est tout particulièrement apprécié en été. Mais contrairement à ce qu’on peut penser, le rosé se retrouve également sur nos tables pour les grandes occasions. Nous pouvons observer sur ce graphique une périodicité de l’intérêt pour le rosé. Chaque année, les recherches sur le vin rosé sont maximales durant la période estivale et sont également importantes au moment des fêtes de fin d’année.

De plus, nous pouvons constater que l’intérêt pour le vin rosé est grandissant depuis presque 15 ans.

 

 

 

 

 

 

 

Evolution de l’intérêt pour la recherche « rosé » sur Google

Source : Google Trends

Si vous souhaitez en savoir plus sur la production de vins rosés :